L'histoire de Wakha Wakha est pleine des coïncidences chanceuses. Elle s'est développée d'une manière organique, basée sur les personnes qui se réunissent, parlent et la sensation et les idées qu'elles ont en ce qui concerne l'art dans le monde.

La rencontre était réalisé lorsqu’en 2003 Opendoek (l'association Belge pour le théâtre non professionnel) a contacté Mohamed Benjeddi de la fédération Marocaine du théâtre d'amateur pour un projet de coproduction théâtrale et développement technique artistique, Madi Canals chef d'atelier de scénographie a invité Chris Van Goethem et Mohamed Benjeddi au festival de Chauen, où elle a organisé la partie internationale.

Dans cette ville de Chauen l'idée d'organiser des festivals dans à l'est du Maroc a été soutenue. Le premier contact fut avec des artistes comme Ontroerend Goed (Belgique) et Milo (Londres, R-U). Les prochains festivals d'été en 2005 seront organisé à Laayoun et Taforall avec 63 artistes de 13 pays partout dans le monde et plus de 100 artistes marocains présentent leurs créations. Le théâtre des Belges, Marocains et Serbes, les expositions finlandaises du feu, la danse chorégraphiques des Espagnols , le folklor traditionnel des marocains, arts plastiques , cinéma , la musique du R-U et du Maroc, tout cela a créé une atmosphère chaude aux centres des villes.

Pendant le festival, devant un verre de thé nous avons parlé du besoin d'un nom et d'un minimum de structure à notre organisme.

Le premier mot arabe que tout le monde comprend est Wakha Wakha, qui signifie : d’accord je comprend. Nous ne pourrions pas trouver un meilleur nom pour une organisation qui est en cours de création. Pour soulager les contacts avec des artistes et des autorités, nous avons créé une organisation en Belgique avec une antenne au Maroc. En attendant nous avons développé un site Web, conçu par Milo, et nous avons commencé à travailler sur de nouveaux projets. Si vous voulez partager avec nous notre enthousiasme, vous pouvez vous inscrire à notre bulletin ou visiter le site Web de façon régulière.

 

Historique